« Les artisans réunionnais sont à bout de souffle face aux blocages des « gilets jaunes » sur l’île de La Réunion »

Alors que l’île de la Réunion est totalement bloquée depuis 4 jours par des barrages de « gilets jaunes », Bernard Stalter, président du réseau des chambres de métiers et de l’artisanat, apporte son soutien aux artisans réunionnais qui ne peuvent plus travailler normalement et appelle les gilets jaunes à la responsabilité en levant leurs blocages pour permettre aux artisans réunionnais de travailler à nouveau.

« Face au blocage total de l’île de La Réunion par le mouvement des « gilets jaunes », j’apporte mon soutien à l’ensemble des artisans réunionnais touchés par ce mouvement qui entrave dangereusement l’économie de cette région. Je pense tout particulièrement à Bernard Picardo, président de la chambre de métiers et de l’artisanat de La Réunion et aux membres et artisans du réseau des chambres de métiers et de l’artisanat sur place qui doivent faire face à des dérives violentes en marge de ces barrages. Ces excès sont d’autant plus injustifiables que les artisans sont tout autant impactés par la hausse des carburants que le reste de la population réunionnaise. La problématique des prix des carburants en Outre-mer, plus forte encore qu’en métropole, ne peut justifier une véritable prise en étau des 40 000 artisans des 18 000 entreprises de l’île entre cette difficulté quotidienne et les entraves à la circulation des « gilets jaunes » qui pénalisent au final toute la population réunionnaise.

J’appelle les « gilets jaunes » à prendre leur responsabilité en levant les barrages en Outre-mer comme en métropole. Les artisans sont des acteurs incontournables du quotidien des français en contribuant à l’équilibre socio-économique des territoires. Maintenir vos actions ne ferait qu’amplifier les difficultés d’un secteur déjà très impacté par la hausse des prix des carburants.

J’ai fait des propositions concrètes au gouvernement la semaine dernière pour accélérer la transition écologique sans nuire à la compétitivité des entreprises artisanales ni à l’équilibre des territoires : le développement du « chèque énergie » aux entreprises artisanales employant 3 salariés, un crédit d’impôt pour l’achat de véhicule « zéro émission », des primes à la conversion aux artisans « gros rouleurs », … Les entreprises artisanales, déjà largement impliquées dans la transition écologique (circuits courts, réparation de matériels, …), n’ont pas à être prises en étau entre la hausse des carburants et les blocages des « gilets jaunes », tout particulièrement dans les territoires ultramarins. »

Télécharger le communiqué de presse

Contact presse
Géraldine Squenel : 01 44 43 10 65 – presse@apcma.fr