L’APCMA se mobilise pour une politique européenne de cohésion forte et efficace

Bernard Stalter, président de l’APCMA, a signé ce jour avec le président du Comité européen des régions, Karl-Heinz Lambertz, en présence d’Anne Sander, députée européenne, la déclaration du comité européen des régions sur la défense de la politique européenne de cohésion. A cette occasion il a remis au président du comité européen des régions la position officielle du réseau des CMA. Pour le président de l’APCMA, « au moment où le gouvernement lance un plan pour la cohésion des territoires, la politique européenne de cohésion est menacée par les réductions budgétaires. Il faut être cohérent : véritable politique européenne d’investissement qui agit directement dans les territoires, elle ne doit pas servir de variable d’ajustement lors des négociations sur le futur cadre financier pluriannuel. Les chambres de métiers et de l’artisanat se mobilisent en faveur d’une politique de cohésion ambitieuse pour l’après-2020, au bénéfice de tous les territoires ».

C’est en Alsace, au sein de l’entreprise artisanale Jantzi (Strasbourg), au côté d’un artisan menuisier, que Bernard Stalter a choisi de signer cette déclaration. Premier réseau d’accompagnement des entreprises artisanales et de formation d’apprentis, les CMA s’engagent pour la pérennité de ces fonds qui bénéficient au secteur de l’artisanat dans son ensemble.

Alsace

Cette signature s’est faite dans le contexte de la menace de réduction budgétaire qui pèse sur la politique européenne de cohésion. La Commission européenne n’écarterait pas en effet pour l’après 2020 la suppression partielle, voire totale des fonds dédiés pour la France.

Or, les Fonds européens structurels et d’investissement (FESI) apportent des solutions adaptées aux besoins des acteurs du territoire pour le développement de l’économie locale et de l’emploi. Grâce à une subvention de 40 000 € du FEDER, l’entreprise Jantzi a fait l’acquisition d’un centre d’usinage moderne et performant qui lui permet de gagner en compétitivité.

Entre 2007 et 2015, les chambres de métiers et de l’artisanat ont pu mener près de 1 330 projets cofinancés pour accompagner la création et le développement des entreprises artisanales, former les apprentis, les salariés et les dirigeants du secteur et insérer durablement les demandeurs d’emploi sur le marché du travail.

Pour Bernard Stalter, « au moment où Jacques Mézard plaide pour le maintien d’une politique de cohésion au bénéfice de toutes les régions, nous devons prendre la pleine mesure du rôle important que joue l’artisanat dans le maintien de la cohésion du territoire français ».

Avec 100 000 apprentis dans les centres de formation des chambres de métiers et de l’artisanat (CFA) et 1,3 million d’entreprises qui fournissent des emplois peu délocalisables, l’artisanat s’illustre par son poids dans l’économie locale et surtout son potentiel de développement. « L’artisanat est un élément de réponse au chômage des jeunes, à la reprise de la croissance économique, à la cohésion sociale et à l’équilibre des territoires » souligne le président de l’APCMA.

« Ce n’est pas au moment où nous constatons les débuts de la reprise économique que nous devons remettre en cause les dispositifs clés qui nous permettront de relever les défis de demain, notamment liés à l’emploi et à la cohésion des territoires. L’apprentissage, la formation professionnelle continue, l’accompagnement des TPE et des entreprises de proximité sont autant de sujets sur lesquels l’Union européenne doit continuer d’agir au travers des fonds structurels européens » affirme Bernard Stalter.

Lire le texte de la déclaration

Contact presse
Géraldine Squenel – 01 44 43 10 65 – squenel@apcma.fr