Trois questions à… Gérard Bobier, vice-président des affaires internes de Small Business Standards

Gérard Bobier, membre du Bureau de l’APCMA et président de la CRMA Centre Val-de-Loire, a été réélu vice-président des affaires internes au sein de Small Business Standards (SBS) lors de son Conseil d’administration du 7 février 2018.

Nous profitions de cette élection pour en savoir plus sur le rôle de SBS, l’implication de l’APCMA dans la normalisation européenne et les enjeux pour les entreprises artisanales.

Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement de SBS ?

Small Business Standards est une association européenne sans but lucratif établie avec le soutien de la Commission européenne pour représenter et défendre les intérêts des PME européennes dans le processus de normalisation aux niveaux européen et international.

En effet, la normalisation se bâtit avec l’ensemble des parties prenantes : leur participation et leur vision est essentielle au moment de la rédaction des normes. En ce sens, SBS a pour objectif de proposer un système de normalisation transparent et ouvert, avec une participation active des parties prenantes telles que les PME/TPE.

L’une des plus importantes activités de SBS concerne sa participation directe au processus de normalisation au sein des Comités Techniques du CEN-CENELEC, ETSI and ISO.

SBS réalise cette fonction en désignant des experts – nommés par les organisations représentant les TPE/PME – aux réunions des comités.

Quelle est l’implication de l’APCMA au sein de SBS ?

L’APCMA est membre fondateur de cette structure. L’APCMA agit auprès de SBS afin de mieux prendre en compte les besoins des entreprises artisanales et de faciliter l’utilisation des normes comme outils d’innovation, de développement et de compétitivité.

Dans le cadre des instances de SBS, l’APCMA, au côté de ses partenaires économiques français et européens (organisations professionnelles et chambres consulaires notamment) s’attache à rendre plus visible et accessible les normes pour les petites entreprises.

Notre implication consiste, par exemple, à limiter les contraintes de la normalisation là où elles sont indispensables et adapter les modalités de mise en œuvre de la norme.

Plus précisément, l’APCMA a permis la désignation d’experts du réseau des chambres de métiers qui siègent au sein de Comités techniques.

Quels sont les enjeux pour les entreprises artisanales ?

Les enjeux pour les entreprises artisanales sont majeurs :

  • la normalisation est un moyen pour renforcer l’innovation en favorisant la compétitivité. Dans ce contexte, les TPE/PME ont un rôle primordial à jouer, car elles représentent 99% des entreprises européennes ;
  • plus spécifiquement, il s’agit d’adapter les exigences liées à la normalisation à la réalité des besoins et capacité des entreprises artisanales. A ce titre, il faut prendre en compte la taille, le secteur, la structure des entreprises, le type de production (grande, petite série, modèles uniques) et le degré de technologie employé.

L’objectif est donc de faciliter l’application de la normalisation par les entreprises artisanales, et ce à l’échelon européen. Un accès facilité des artisans à la norme renforcera la diversité des biens offerts aux consommateurs, adaptables à ses demandes et pour lesquels l’artisan assure un service de conseil d’utilisation, d’entretien et de réparation.

La présence d’experts français, notamment représentatifs des intérêts des entreprises artisanales, contribue très largement à faire valoir leurs besoins et demandes.

Plus d’informations sur www.sbs-sme.eu